Monitoring des violations des droits des enfants en RD Congo

« KIYO et ses partenaires forment les enfants et jeunes parlementaires afin qu’ils puissent contribuer à la dénonciation des abus et autres violations des droits faits aux enfants vivants dans leurs communautés ». 

A travers un système de monitoring des violations des droits de l’enfant, KIYO et son partenaire local OCET permettent aux enfants et aux jeunes d’être rétablis dans leurs droits et de pouvoir en jouir pleinement.

OCET forme des structures de jeunes parlementaires sur les techniques de monitoring pour leurs donner des connaissances suffisantes sur différentes formes des violations des droits de l’enfant, les former sur les techniques de collecte des données sur terrain, et leur analyse.

 

A l’issue de cette formation, un outil de collecte de données (fiche de monitoring) est produit contenant des renseignements importants sur l’identité et la situation familiale de la victime, les divers abus subis par l’enfant, l’identité de l’auteur de l’abus ainsi que les actions entreprises.

 

Voici le témoignage du représentant des jeunes parlementaires par rapport à ce monitoring:

« En tant que Jeunes Parlementaires ayant suivi la formation, nous sommes déployés sur le terrain tous les 6 mois pour effectuer des visites auprès des membres de la communauté. Nous collectons les données qui nous semblent importantes et les remettons ensuite à un expert qui fait une première revue pour s’assurer que nous collectons les renseignements nécessaires. Après l’analyse des données, une séance de validation est organisée par OCET avec les jeunes impliqués dans les enquêtes et enfin, le rapport sur le monitoring est produit et partagé aux acteurs concernés. Pour nous les jeunes, ces rapports de monitoring sont utilisés comme base des actions de plaidoyer à mener en coordination avec d’autres acteurs ou organisations de protection de l’enfant.

Grace aux formations reçues, nous avons produit une enquête qui révèle plusieurs abus de droits. A titre illustratif, sur les cas monitorés, les violations des droits de l’enfant les plus couramment identifiées   sont les suivantes : le rejet ou abandon d’enfants, les cas de viol, d’exploitations économiques, des violences physiques, des accusations de sorcellerie, les exploitations sexuelles et les mariages précoces. Ces visites nous ont permis de remarquer dernièrement une nette augmentation des cas d’abus de nature sexuelle par rapport aux périodes précédentes. Ceci pourrait être lié à la situation sanitaire du Covid-19 à cause de laquelle de nombreuses familles contraintes de rester chez elles, n’ont plus accès au moyens de subsistance auxquels elles avaient accès auparavant, et doivent se résoudre à « vendre » des faveurs sexuelles pour survivre.

Nous pouvons dire que grâce à OCET et KIYO, nous avons acquis non seulement des connaissances concernant l’identification d’abus sexuels et violations des droits humains mais surtout les compétences techniques pour pouvoir mener des enquêtes dans le domaine de la protection de l’enfance. »

Les RECOPE et les Parlements d’enfants en RD Congo

Les enfants et jeunes – les détenteurs des droits, prennent la responsabilité de sensibiliser les communautés sur leurs droits et gagnent en capacité de les réclamer auprès des autorités locales.

Journée de l’Enfant africain

Le 16 juin de chaque année, KIYO organise en collaboration avec son partenaire local AVREO la commémoration de la journée internationale de l’Enfant africain. C’est un événement caractérisé par une ambiance de chansons éducatives, de théâtres et de poèmes présentés par les enfants.

 

Les enfants membres de Parlements d’enfants s’expriment à travers la presse et devant le représentant du chef de l’Etat congolais, demandant la mise en application des lois qui contribuent au respect des droits de l’enfant en RDC. Le « Parlement d’enfants » est une structure communautaire constituée de 10 enfants qui travaillent pour leur protection et celle des autres enfants. Cette structure a été mise en place par AVREO en collaboration avec la division « Genre, famille, enfant » de la province. AVREO renforce les capacités techniques et opérationnelles des Parlements d’enfants à travers diverses formations et appuis matériels pour l’exécution de leurs activités. 

Voici l’extrait du discours d’un enfant :

« L’enfant doit jouir d’une protection spéciale face à toute forme de menace pouvant compromettre sérieusement sa santé physique et morale ou affectant son sens de jugement et de responsabilité envers la société. C’est en vertu de cet idéal que moi, Jean-Marie, représentant le comité d’enfant demande à l’Etat congolais de mettre fin au fait que les enfants continuent à être déscolarisés et les filles sont poussées à la prostitution pour subvenir à leurs besoins. »

Les autorités ont ensuite l’occasion de répondre à ces demandes et promettent bien souvent de faire leur maximum pour accéder à toutes les revendications.

 

Plaidoyer envers les autorités locales

De plus, KIYO et AVREO appuient les RECOPE dans l’élaboration de plans d’action pour leurs activités de plaidoyer et sensibilisation auprès des autorités locales pour assurer la prise en charge des enfants vulnérables au sein de la communauté. Les RECOPE (Réseaux Communautaires de Protection de l’Enfant) sont des structures communautaires constituées de 25 membres venant d’horizons différents et qui travaillent pour la protection des enfants. Ces structures ont également été mises en place par AVREO avec, cette fois, la division des affaires sociales de la province. Les RECOPE accompagnent les Parlements d’enfants afin de trouver des solutions durables et communautaires aux problèmes rencontrés par les enfants identifiés. 

 

Ainsi, le travail de plaidoyer mené par les RECOPE permet que les autorités locales contribuent à mobiliser les responsables des groupes armés et les responsables de carrières des mines et de maisons de commerces de sexe à libérer les enfants. Et cela fonctionne, certains enfants sont ainsi libérés.

Un autre exemple plus particulier vise la détention provisoire de jeunes garçons (entre 13 et 14 ans). Ils étaient soupçonnés d’avoir volé et il était prévu de les transférer dans une prison qui ne disposait pas de cellules pour enfants. Grâce au plaidoyer mené par AVREO et des membres des RECOPE et des Parlements d’enfants, les enfants ont été libérés. Pour faciliter leur réinsertion dans leur communauté, ces mêmes acteurs ont sensibilisé les communautés sur la nécessaire réinsertion de ces jeunes et ils ont également sensibilisé les jeunes en les aidant à adopter un changement de comportement et des attitudes positives pour favoriser leur réinsertion.

Témoignage de Ned, jeune leader aux Philippines

Ned, un jeune leader qui défend les droits des jeunes autochtones.

Je m’appelle Ned, je suis un étudiant de 21 ans et j’appartiens à la minorité opprimée des Ingorot. C’est une communauté rurale dans le nord des Philippines. Grâce au soutien de KIYO et du Cordilleran Youth Center (CYC), nous n’avons plus à rester les bras croisés et à regarder la corruption et les règles discriminatoires du régime en place anéantir notre culture et nos traditions.

Notre communauté vit à la campagne à Kalinga. Nous avons une culture riche et séculaire dans laquelle le respect de la nature est central. Pendant des générations, notre communauté n’a utilisé de la nature que ce dont nous avions vraiment besoin pour survivre. Mais depuis plusieurs années maintenant, le régime au pouvoir lorgne sur notre région parce qu’il y a beaucoup de matières premières. Ils utilisent tous les moyens pour nous chasser de notre sol natal et s’engager dans une déforestation massive.

Cette situation désespérée conduit de nombreux jeunes, dont moi-même, à quitter la campagne à la recherche d’un avenir meilleur à la ville. Malheureusement, cela vide les campagnes et laisse de plus en plus libre cours au gouvernement, ce qui menaçe de perdre nos traditions et notre culture. C’est pourquoi j’ai fondé le Progressive Igorot for Social Movement. C’est une association avec laquelle je veux rassembler les jeunes Ingorot pour défendre notre droit d’exister. Avec eux, nous faisons également découvrir notre culture à d’autres jeunes, afin qu’ils apprennent à la connaître et à l’apprécier.

KIYO et CYC nous enseignent des compétences de leadership importantes afin que nous puissions éduquer la population. Par exemple, grâce à eux, nous avons réussi à entrer dans le conseil municipal local afin de pouvoir discuter de nos intérêts directement avec les décideurs politiques. Et avec succès!

Nous sommes très reconnaissants de cette aide, car nous nous rendons compte que nous n’avons pas choisi la manière la plus simple. Parce que nous défendons nos droits, nous sommes considérés comme des opposants au régime. Moi-même et nombre de mes amis avons déjà reçu des menaces de mort. Mais cela ne nous arrêtera pas.

Nous sommes fiers de qui nous sommes et continuerons de défendre nos droits et notre culture. En faisant entendre nos voix, nous voulons apporter des changements qui permettront de revenir sur notre terre natale. Ainsi nous pourrons travailler à un nouvel avenir pour notre communauté, dans le respect de la nature.

Comment le réseau de justice pour mineurs influence la vie de Benric

Aux Philippines, KIYO permet au Juvenile Justice Network (JJN) de mobiliser des services juridiques et de mettre en place un programme de formation sur les compétences de vie pour les jeunes victimes de violations des droits humains et / ou économiquement défavorisés. Le Bureau juridique des enfants, partenaire local de KIYO, partage avec nous l’histoire de Benric, considéré comme enfant en conflit avec la loi.

CYC, aux Philippines, par et pour les jeunes !

Cette vidéo présente le travail du partenaire Cordillera Youth Center (CYC) de KIYO. C’est une organisation entièrement dirigée par des jeunes qui s’est engagée à aider à organiser et à mobiliser les jeunes et les étudiants pour faire avancer les intérêts et le bien-être des peuples autochtones de la région de la Cordillère dans le nord de Luzon aux Philippines. CYC contribue à accroître la participation des enfants et des jeunes aux débats sociaux en leur permettant d’exprimer leurs points de vue et leurs droits et revendications collectifs en menant des initiatives provinciales et des activités publiques.

Des campagnes plus fortes grâce au Comité de coordination des campagnes aux Philippines

Le Comité de coordination des campagnes (CCC) est composé des membres des 3 organisations belges Viva Salud, KIYO et Solidagro, qui sont actives au sein d’un même programme aux Philippines. Le CCC a pour objectif d’assurer le succès de campagnes basées sur la défense des droits. Il se compose de membres des partenaires et de deux représentant.e.s par organisation belge. Il fonctionne comme un groupe libre qui prend en charge le défi de coordonner les plans communs et les activités des campagnes des partenaires. La tâche principale du CCC est de faciliter l’implémentation de campagnes communes sur le droit à la santé, le droit à l’alimentation et les droits des enfants.

Les partenaires ont chacun leur propre expertise et des niveaux différents de capacités et d’aptitudes en ce qui concerne les campagnes de défense des droits et la gestion de ces campagnes. Certains parmi eux travaillent déjà ensemble, plus particulièrement pour mettre sur pied les campagnes et la mobilisation des masses. Mais cela ne se passe pas de façon systématique et ne concerne pas toujours tou.te.s les act.rice.eur.s pertinent.e.s. Pourtant, maximaliser et rendre complémentaires les capacités des partenaires, avec leur objectif commun en ligne de mire, augmenterait fortement les résultats et l’impact de leur travail.

 

Le CCC a permis une bonne collaboration tout au long des campagnes. La collaboration entre certains partenaires existait déjà avant la création du CCC, mais grâce à ce dernier, la systématisation et l’institutionnalisation des liens mutuels et la collaboration sont devenues possibles. La communication entre les partenaires a également pu s’intensifier pour ce qui est de sujets sensibles sur le plan des droits et des priorités politico-sociales. Cela a amélioré les possibilités de réaction aux changements de contexte ou à des menaces inattendues ou des violations des droits. Le CCC est un groupe au sein duquel tous les partenaires occupent une même position. Le but du groupe est de discuter des priorités et des stratégies de défense et d’améliorer la mise sur pied des campagnes menées par les partenaires. A l’intérieur de ce programme, le CCC fournit un forum pour la discussion, orienté vers l’échange d’informations, d’idées et d’analyses du contexte, tout en faisant abstraction des budgets des partenaires et du suivi de certains sujets.

 

Le CCC peut améliorer la communication et la compréhension mutuelle entre des partenaires dont le contexte diffère, qui ont une approche différente des choses, surtout entre des organisations nationales et régionales/locales. Le CCC demande un engagement actif de tous les partenaires par rapport à des défis et sujets spécifiques et/ou partagés. La coordination des partenaires est d’une importance cruciale pour le succès du travail des partenaires de Viva Salud, KIYO et Solidagro aux Philippines, et le CCC a un rôle à y jouer.

 

Certains sujets ou études peuvent être traitées par le CCC ou être confiés à des instances ou experts externes. Cela concerne principalement l’analyse institutionnelle de certaines affaires sociales ou de leur caractère légal, la mise en place d’une certaine façon d’agir et la défense de certaines opportunités ou défis. Ceux-ci peuvent contribuer à améliorer la compréhension mutuelle entre organisations de la société civile et les autorités locales ou nationales. De cette façon, il y a plus de chances d’échanger les informations et de mener à bien les négociations. Une meilleure analyse des possibilités institutionnelles et légales contribuerait également à approcher les instances gouvernementales de façon plus directe, tout particulièrement les instances qui ne sont pas comprises actuellement dans les organisations sociales.

Des enfants malentendants au Maroc qui s’expriment sur leurs droits

Une approche interactive qui permet en même temps l’empowerment des enfants malentendants et la sensibilisation de leur pairs entendants.

Les enfants victimes de handicaps sont davantage vulnérables que les autre aux risques de non-respect de leurs droits. Parmi eux, les enfants malentendants au Maroc, ne bénéficient pas des mêmes « chances » pour se développer que les autres enfants. Cette discrimination constitue une atteinte manifeste aux droits de l’enfant, portant notamment préjudice à leur développement socioéconomique.

 

Les enfants sourds et muets éprouvent des difficultés de perception de soi notamment en raison de leurs grandes difficultés à communiquer, à faire valoir leurs qualités, à se faire accepter, à assumer leur différence et à occuper un rôle actif dans la société. Ils restent très dépendants de leurs proches. Ils sont également victimes de préjugés sociaux. La surdité est un handicap invisible sur lequel très peu d’informations sont disponibles. En outre, il existe encore très peu de services adaptés aux enfants malentendants.

 

L’association ATTAWASOL pour les enfants malentendants, partenaire de KIYO, organise des séances de sensibilisation d’autres enfants entendants au sein de leurs écoles par des enfants malentendants. Des outils interactifs sont utilisés pour favoriser l’échange entre les enfants. L’objectif est de sensibiliser les élèves entendants à la surdité (partielle et totale) pour d’une part lutter contre les stéréotypes et la discrimination et, d’autre part leur faire intégrer implicitement la notion de la cohésion sociale et le respect de la dignité humaine de tous les individus quel que soit leur statut, leur état ou leur niveau scolaire.

 

La notion de handicap et de différence sont discutés à travers un dessin animé sur un enfant sourd qui se trouve dans une situation reconnaissable et les enfants en discutent ensemble. Après, ils échangent sur leurs aspirations et souhaits pour le futur et découvrent qu’ils ont parfois les mêmes rêves, qu’ils veulent exercer la même profession. Ensuite, un enfant sourd et un enfant entendant essaie de dialoguer pour comprendre qu’il est important de connaître la langue des signes pour pouvoir vraiment communiquer. Ensuite, ils sont initiés à la langue des signes pour permettre un petit échange. Les enfants malentendants animent en partie la séance. Ils sont amenés à s’exprimer et à témoigner auprès des enfants n’ayant pas ce handicap, ce qui leur permet de renforcer leur confiance en leurs capacités. 

Ces échanges rapprochent les enfants les uns des autres dissipant les différences et les a priori et renforcent leur confiance et leur ouverture d’esprit tout en développant une prise de conscience sur le notions d’égalité créant un terreau favorable au développement basé sur les droits.

La plateforme sur la protection de l’enfance crée sa propre base de données pour faire le plaidoyer d’une approche droit

Pour pouvoir faire un plaidoyer basé sur des preuves et des faits probants, la Plateforme Convention Droits de l’Enfant Maroc (PCDE) a créé sa propre base de données sur la situation de l’enfance au Maroc.  

La Plateforme Convention Droits de l’Enfant Maroc (PCDE) est un réseau d’organisations de la société civile œuvrant au Maroc dans le domaine de la protection de l’enfance. Amane, partenaire de KIYO est un membre très actif de cette plateforme. Ses membres se sont également réunis pour suivre et appuyer la mise en œuvre de la Politique Publique Intégrée de Protection de l’Enfance au Maroc, en accord avec les principes énoncés dans la Convention internationale des droits de l’enfant. La plateforme et ses membres visent à améliorer les conditions des enfants en situation de vulnérabilité (enfants sans protection familiale, en situation de handicap, en détresse, exploités, sans papier, migrants, victimes de violence, et tout autre type de vulnérabilité) et de leurs éventuelles familles.

 

Des données fiables, cohérentes et actualisées sur la situation des enfants sont très peu disponibles au Maroc. Pour combler ce vide, la PCDE a construit une base de données « Atal Data » pour pouvoir ressortir des données sur la situation de l’enfance au Maroc. Les membres de la Plateforme fournissent des données dans les différentes thématiques (libertés et droits civils, violences à l’égard des enfants, milieu familial et protection de remplacement, mesures spéciales de protection, santé et handicap et éducation, loisirs et activités culturelles). Ces informations se trouvent dans la réalité de leurs interventions.

 

L’analyse des données récoltées sert de base pour la rédaction d’un Rapport Alternatif pour le rapportage périodique du Maroc au Comité de droits de l’enfant à Genève. Chaque association peut également utiliser les données qu’elle aura saisies pour son propre plaidoyer afin de rendre celui-ci plus solide et plus efficace. Amane, en concertation avec ses partenaires, a aussi élaboré un guide plaidoyer, y inclus un cahier pour les jeunes, afin de faciliter ce travail de plaidoyer.

 

Cette base de données permet à la plateforme et aux organisations de la société civile de faire un plaidoyer sur la base de données qui reflètent la réalité et qui aide à analyser les causes structurelles des injustices et des violations des droits. Les droits des enfants sont la base de leur analyse de l’inégalité et de l’injustice. Ce modèle permet d’identifier des détenteurs de droits dont les droits sont violés et des titulaires d’obligations responsables et de ce qui est nécessaire pour initier un changement. Le cadre normatif de la Convention internationale des droits de l’enfant leur permet d’analyser la situation de l’enfance d’un point de vue des droits non respectés plutôt que d’un point de vue de besoins à satisfaire. 

Des droits pour les enfants sans identité au Maroc

La société civile et le gouvernement marocain en dialogue pour assurer les droits des enfants nés de mères célibataires.

Au Maroc, les enfants nés de mères célibataires, sont souvent des enfants issus de grossesses non désirées et qui subissent une discrimination sociale grave, spécifique au statut de leur mère célibataire dans un environnement de prescription religieuse (dans laquelle la sexualité s’exerce exclusivement dans le cadre recommandé du mariage en dehors duquel la chasteté s’impose) et d’ordre social et culturel bien spécifique.  

 

Les mères célibataires et leurs enfants sont les proies de toutes les formes de violence et de discrimination. Les enfants sont voués à l’abandon social, par leurs familles et parfois leurs mères, et en tous les cas, n’échappent pas au bruit infernal de son origine « hrami », sur le chemin les destinant à la révolte, la violence et la délinquance. En outre, nombreux de ses enfants ne seront pas en ordre d’actes de naissance et ou de nom de familles et n’accèdent pas aux services de base comme les soins de santé ou l’éducation. Cette discrimination constitue une atteinte manifeste aux droits de l’enfant, portant notamment préjudice à leur droit d’exister, d’être protégé et de porter un nom.

 

De la base, l’organisation partenaire de KIYO, KARAMA pour le Développement de la Femme (KPDF), répond aux besoins de base des mères célibataires et de leurs enfants à travers un service d’accueil intégral (renforcement de capacités, accompagnement social, juridique, etc).  Egalement, à travers une approche davantage holistique de droits avec des activités de plaidoyer et de sensibilisation, l’organisation plaide en faveur des droits de la filiation parentale des enfants nés de mères célibataires. 

 

Ainsi, en réponse au récent procès susceptible de faire jurisprudence en matière de droits d’un enfant né de mère célibataire, KPDF a organisé un séminaire consacré à la discussion du droit de l’enfant né d’une mère célibataire à avoir une identité et bénéficier de tous ses droits fondamentaux.  Afin de catalyser la réflexion participative et la prise de décision, les titulaires d’obligation du Ministère de la Justice et du Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement Social et des acteurs de la société civile ont également activement participé.

Protéger les enfants sans identité et leur garantir tous leurs droits est une responsabilité que nous devons tous assumer. Dans ce sens, l’Etat, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les acteurs de la société civile sont tous chargés de veiller à rendre justice à cette catégorie d’enfant.

La prise en compte du genre : Un défi à relever au Burundi

De nos jours les femmes et filles sont encouragées à se battre pour prendre leurs places dans les sociétés où la culture, coutumes et religion sont placés sur un piédestal. Mais quels sont les leviers permettant de booster leurs initiatives ? 

Au Burundi, l’égalité de genre est mitigée car on rencontre une association d’opportunités et de défis tant au niveau du cadre légal qu’au niveau du cadre culturel et socio-normatif.

Au niveau des droits des femmes en général, le Burundi abrite un arsenal juridique diversifié, en l’occurrence la Constitution et les conventions internationales. Toutefois, au cœur des défis du moment, se trouve la méconnaissance de la loi, probablement du fait des lacunes en ce qui concerne sa diffusion et sa vulgarisation, elles-mêmes inhérentes à une carence des ressources nécessaires, aussi bien humaines que financières conformément à la taille de l’enjeu[1].

 

Au niveau de la culture, les mentalités sont relativement réfractaires sur les questions de genre. Dans la société, la place de l’homme, chef de ménage et de celle de la femme, davantage au service de son ménage, sont ancrées dans toutes les sphères de la société.  Dans ce contexte aux normes sociales rigides, les partenaires opérationnels de KIYO s’attèlent à réfléchir sur la question, sur leur position et cela permet de faire évoluer les points de vue, les mœurs et les mentalités de manière durable.

 

En collaboration avec les associations locales partenaires, KIYO met en place des stratégies pour inverser la balance et promouvoir l’égalité homme-femme dans les zones d’intervention. Au niveau des activités, l’attention est portée sur les besoins spécifiques des jeunes filles – parties prenantes au programme.  L’attention est mise aussi sur la promotion de l’égalité homme-femme dans les structures communautaires avec lesquelles le programme collabore notamment en assurant la parité dans les groupes de solidarité, les clubs de jeunes, les comités de protections de l’enfance, etc.

 

Parlant des groupes de solidarité (GS) d’épargne et de crédits, ils constituent un moyen favorisant le respect des femmes dans le contexte rural au Burundi. En effet, le projet qui met en place ces groupes de solidarité revêt une dimension inclusive en matière de genre car grâce à lui, les femmes rurales qui étaient exclues du système économique par la tradition ont pu trouver une place de choix en adhérant aux groupes de solidarité : maintenant ces femmes sont le moteur de développement des ménages et leur contribution est énorme dans la prise en charge communautaire des Orphelins et autres enfants vulnérables (OEV).

 

De plus, KIYO offre aux enfants et jeunes l’occasion de parler à haute voix des comportements d’inégalité de genre qu’ont manifesté leurs parents et leurs ainés et qui est même la cause des violences basées sur le genre observé dans certains ménages.

Ce changement de mentalité – à travers des actions de conscientisation et diverses autres stratégies – est donc le levier utilisé par le travail de KIYO au Burundi pour que les filles et femmes burundaises jouissent pleinement de leurs droits et aient accès aux mêmes opportunités que les garçons et les hommes.

[1] http://french.xinhuanet.com/2017-05/22/c_136305252.htm